Déo Namujimbo
Conférences - Traduction et Interprétariat - Formations en journalisme et langues africaines
 
 
+33 7 83 56 35 95

Déo Namujimbo, écrivain

Ecrivain

Ecrivain

Auteur de romans, poèmes et recueils de nouvelles sur les thèmes :

  • Présentation générale de la RD Congo
  • Le métier de journaliste en temps de guerre
  • Le statut de réfugié en France
  • Littérature pour la jeunesse
  •  Littérature pour adultes
  • Autobiographies

Livres publiés à ce jour :

  • Merde in Congo, éditions Edilivre, janvier 2010
  • On tue tout le monde et on recommence, éditions Edilivre, janvier 2011
  • Je reviens de l’enfer, éditions l’Harmattan, juillet 2014

Plusieurs manuscrits en recherche d'éditeur(s).

Les publications

On tue tout le monde... et on recommence

Août - septembre 1998.

Une nouvelle guerre endeuille impitoyablement des milliers de familles de l'Est de la République soi-disant démocratique du Congo. Massacres à grande échelle, incendies de villages et de quartiers entiers, exécutions sommaires, pillages en tous genres… Le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) à la solde du Rwanda et de l'Ouganda, semble tout faire pour démentir son credo de « guerre de libération et de rectification ».

Le journaliste Déo Namujimbo a eu le triste privilège de décrire jour pour jour l'avancée des troupes de la brigade de la mort chargée d'investir les territoires d'Uvira et Fizi (province du Sud-Kivu) puis le district du Tanganyika, au Nord-Katanga. En parfait reporter de guerre, il relate dans ces pages les pires horreurs de sa vie et de millions de Congolais rescapés de la plus grande monstruosité de la fin du 20ème siècle.

Douze ans plus tard, les bourreaux sont au pouvoir : Général Gabriel Amissi « Tango Four », Colonel Anicet Bolongi, général Jean-Pierre Ondekane, Alexis Thambwe Mwamba, Vincent Lunda Bululu, Barthélémy Mumba Ngama, Norbert Basengezi Katintima, Katintima, Azarias Ruberwa, Moïse Nyarugabo, Arthur Z'Ahidi, Emile Ilunga, Benjamin Serukiza, Mwami Ntambuka, Lambert Mende, Adolphe Onusumba, Bizima Karaha, Etienne Tshisekedi junior etc.

Je reviens de l'enfer

Le monde entier convoite et fait main basse sur les incommensurables richesses de la RDC (dont le coltan, nécessaire à nos téléphones et ordinateurs), provoquant plus de huit millions de morts en moins de quinze ans.

Entre août et septembre 1998, en pleine "rébellion-mutinerie" visant à destituer le président Laurent-Désiré Kabila, l'auteur s'est glissé dans la brigade "rebelle" du Rassemblement Congolais pour la Démocratie. Seul civil au milieu de 5000 soldats assoiffés de sang et de rapines, il a vécu, pendant deux mois, ce qu'il qualifie des "pires horreurs de sa vie".

Merde in Congo

Cinq millions de morts, 180 000 enfants de la rue, plus de 200 000 femmes et fillettes violées et contaminées volontairement ou non du sida, plusieurs milliers de fonctionnaires, de policiers et de militaires impayés depuis une dizaine d'années, dégradation complète des routes, des écoles, des hôpitaux et d'autres infrastructures, services publics paralysés, corruption galopante et généralisée, délabrement total de l'environnement. Tel est le visage que présente aujourd'hui l'un des pays potentiellement les plus riches du monde, la République pseudo démocratique du Congo (RDC).

Comment en est-on arrivé là ? se demande-t-on. Il suffit de (re)lire les nombreux articles écrits par Déo Namujimbo ces dix dernières années pour avoir un début d'explication. Presque tous ont été repris par les journaux de RDC, de Belgique, de France et de Suisse. L'auteur a tenu à les rassembler dans le présent recueil, tout en soulignant que rien n'a changé – ou plutôt si : en pire – depuis leur rédaction. Et cela malgré de nombreux changements politiques, dont des élections dites « libres, démocratiques et transparentes » qui, on le verra en lisant, n'ont été qu'une vaste et honteuse manipulation.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de FNAE

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.